(F.Faugere/L'Equipe)
Ligue 1 - 17e journée

L'Olympique de Marseille s'est amusé face à une faible équipe de Saint-Étienne avec un doublé de Valère Germain

Un doublé de Valère Germain, une réalisation de Lucas Ocampos : contrat rempli ce dimanche soir par l'OM face à un Saint-Étienne, c'est vrai, bien triste (3-0). Huit points séparent désormais le trio OL-Monaco-OM de la cinquième place.

Germain 2 - 0 Diony

Dans le duel des attaquants recrutés cet été et qui n'avaient pas encore marqués, Germain l'a emporté et a enfin mis fin à série au bout de sa quinzième apparition ! Souvent pointé pour sa maladresse ou pour n'être que peu servi par ses milieux, contre Saint-Étienne tout y était. Un corner parfaitement enroulé de Payet, déviait par Thauvin au second poteau et Germain surgissait pour placer un coup de tête rageur (1-0, 12e). Omniprésent sur les corners, il inquiétait encore Ruffier d'un coup de boule, mais le portier des Verts sortait un arrêt réflexe (26e). Germain était ensuite encore seul à bout portant, mais il manquait le cadre du droit (40e). Preuve d'une confiance pas totalement retrouvée. Son homologue stéphanois lui en manque cruellement. Peu sollicité vu la large domination phocéenne, Diony avait quand même une occasion nette pour égaliser. Après un déboulé de Monnet-Paquet côté droit, l'ancien Dijonnais n'avait plus qu'à reprendre, mais le ballon tapait son talon (21e). Il avait aussi la balle pour réduire le score à 2-1 mais il butait sur Mandanda. Germain lui profitait d'une défense stéphanoise aux abois pour trouver le poteau (63e) puis les filets de Ruffier sur un centre de Thauvin (2-0, 71e) pour s'offrir un doublé. L'ailier droit s'offrait lui aussi un doublé de passeur, pour prendre seul la tête du classement (huit passes) devant Neymar.

Les Verts à l'agonie

Dans le dur moralement et sevrés de victoires depuis sept matches, et compte tenu de la réussite qui fuit Saint-Étienne au Vélodrome (dernier succès remonte à 1979), un résultat des Verts semblait peu probable en Provence. Inquiétude confirmée avec un bloc qui évoluait très bas, sans doute pour essayer d'obtenir un nul. Mais les Stéphanois n'ont même pas su bien défendre. Totalement absents sur les coups de pied arrêtés marseillais par exemple. Mention spéciale pour Ronaël Pierre-Gabriel, pourtant souvent cité comme une des satisfactions dans le Forez, qui est complètement passé au travers. Le latéral gauche a eu le tournis devant les dribbles de Thauvin, les combinaisons et les appels des attaquants olympiens qui sont passés pratiquement tout le match sur son côté. Une rencontre stoppée dès le retour des vestiaires (51e), quand Pierre-Gabriel était exclu pour avoir déséquilibré Sanson qui filait au but. Une sortie qui déboussolait davantage ses coéquipiers. Les hommes de Sablé voyaient Germain puis Ocampos faire mouche. L'Argentin enroulait du droit dans la lucarne (81e). Offensivement ce n'était guère mieux. Un seul tir cadré de toute la partie et une incapacité à créer du danger, logique quand un ailier comme Bamba perdait plus d'un ballon sur deux. Inquiétant. Très inquiétant.

Un Payet retrouvé

Plus attendu encore sur le Vieux-Port qu'un but de Germain : une bonne prestation de Payet. Et face à son ancienne équipe, le Réunionnais a été au rendez-vous, éclipsant notamment Morgan Sanson qui lui piquait la vedette ces derniers matches. Positionné à gauche, Payet est très souvent rentré dans l'axe, et même à droite, c'est sur ce côté qu'il entamait la domination marseillaise en centrant pour Germain (3e). Il était au cœur du jeu à distiller des ballons de l'extérieur du pied droit, comme il sait le faire. À l'initiative des actions donc mais aussi présent sur les phases arrêtées : sur un coup franc excentré le ballon rebondissait juste devant Ruffier qui repoussait (11e) et ses corners trouvaient toujours un coéquipier à la réception. Manquait simplement un but, mais sa tête (15e) était arrêté par le même Ruffier et son coup franc frôlait la lucarne (52e). Un Payet de retour à son vrai niveau, sublimé par, encore une fois, un excellent Thauvin. Un duo qui devra réaliser la même performance, dimanche prochain face à Lyon pour le choc de la 18e journée.
Réagissez à cet article
500 caractères max